ICEA

Institut de coopération pour l'éducation des adultes
 

Institut d’automne 2013 : interpréter les résultats du PEICA

 

Les 27, 28 et 29 octobre derniers, à Montréal, se tenait l’Institut d’automne 2013 intitulé « Interpréter les résultats de PEICA : comprendre les compétences de l’avenir ». Cet événement  organisé par l’organisme The Center for Literacy, en collaboration avec le Centre de documentation sur l’éducation des adultes et la condition féminine (CDEACF) et le Réseau pour le développement de l’alphabétisme et des compétences (RESDAC), rassemblait des intervenantes et des intervenants du secteur de l’alphabétisation et du développement des compétences de partout au Canada. On pouvait y entendre des expertes et des experts canadiens, mais aussi anglais, américains, asiatiques et même de l'UNESCO.

Assemblée plénière du dimanche 27 novembre

Interpréter les résultats du PEICA

La principale question à l’ordre du jour de l’Institut d’automne 2013 était l’interprétation des résultats de la plus récente enquête sur la littératie. Rappelons que les résultats du PEICA, le Programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes, ont été rendus publics le 8 octobre dernier. Cette enquête internationale révélait notamment qu’une personne sur cinq au Québec et au Canada éprouvait toujours de grandes difficultés de lecture. 
 
Ceci dit, peu d’interventions ont rappelé cet état de fait préoccupant. L’attention des personnes présentes était plutôt orientée vers les résultats relatifs à la résolution de problèmes dans un environnement technologique, domaine où le Canada se démarque de son voisin américain. Ces résultats nous informent de la forte présence d’une culture du numérique au pays. Il faut cependant les interpréter avec prudence, car ils ne portent que sur une portion de l’échantillon total des personnes interrogées lors de l’enquête.
 

Faire des liens entre le PEICA et d’autres études longitudinales

Parmi les autres sujets de discussion, on retrouvait la question des compétences utilisées au travail, de leur concordance avec les exigences du marché du travail et de leur influence sur notre bien-être. À ce titre, il semble que les résultats du PEICA doivent être combinés à ceux d’autres études longitudinales pour fournir des informations signifiantes.
 
Un chercheur de Statistique Canada a d’ailleurs fait une présentation sur la manière dont les données du PEICA peuvent être combinées avec d’autres données. Son propos illustrait notamment la possibilité de jeter un nouvel éclairage sur la situation des groupes autochtone, linguistiques minoritaires ou immigrants. Le PEICA recèle de précieux renseignements sur ces populations, qui n’ont toutefois pas encore été traités de manière à permettre la vulgarisation des résultats obtenus.