ICEA

Institut de coopération pour l'éducation des adultes
 

L’alpha-francisation au Québec : 11 constats qui poussent à la réflexion

L'alpha-francisation au Québec, visuel de la journée d'étude du 11 mars 2020Favoriser la mobilisation et la concertation

Réunis à Montréal dans le cadre d’une journée d’étude sur le thème de l’alpha-francisation, pas moins de 41 personnes provenant de 20 organisations actives en éducation des adultes ont fait entendre leurs préoccupations concernant la francisation des personnes immigrantes qui sont peu ou pas alphabétisées dans leur langue maternelle.

Les nombreux rapports de discussions soumis au terme de la journée ont permis de formuler plusieurs constats dont le plus inattendu est certainement le souhait, majoritairement exprimé par les personnes participantes, que de nouvelles rencontres de ce type soient organisées à l’avenir.  

Tout en soulignant l’absence de lieux d’échanges professionnels centrés sur les réalités propres à l’alpha-francisation, ces personnes ont affirmé l’importance d’apprendre des autres et la nécessité de participer à des rencontres informatives ou exploratoires qui favoriseraient la mobilisation, la concertation ainsi que le développement de l’alpha-francisation au Québec (voir le constat 11, dans la suite du texte).

Une journée d’étude sur l’alpha-francisation

Organisée en collaboration avec le Centre de documentation sur l’éducation des adultes et la condition féminine (CDEACF), cette activité s’inspirait du modèle du forum ouvert. Les personnes participantes ont ainsi eu la chance de choisir des sujets de discussion qui reflètent leurs préoccupations (encadré 1), de mener des échanges constructifs en lien avec leurs pratiques et de découvrir de nouvelles réalités propres à l’alpha-francisation. 

Encadré 1

Les sujets de discussion inscrits à l’ordre du jour

A1 - La création et le partage de matériels et de ressources adaptés
A2 - La francisation des femmes monoparentales non alphabétisées
A3 - La formation des enseignantes et des enseignants en alpha-francisation 
A4 et B1 - Les profils des personnes apprenantes, les difficultés d’apprentissage et les critères de distinction pour les services d’alpha-francisation
B2 - L’impact des politiques et du financement sur l’accessibilité aux services et au soutien 
B3 et B4 - Les pratiques efficaces en alpha-francisation : processus et méthodes d’évaluation; gestion et enseignement des groupes multiniveaux 

Résultats des discussions 

Les discussions tenues 11 mars 2020 ont permis d’identifier plusieurs situations problématiques qui affectent l’alpha-francisation au Québec et de formuler des constats qui orienteront notre réflexion future. 

Ces situations se rapportent tant à la diversité des besoins éducatifs des personnes immigrantes, qu’au manque de matériel spécialisé accessible en alpha-francisation ou aux nombreux défis liés au financement du secteur, à l’offre de service des différents ministères responsables ou au développement des compétences des personnes qui interviennent en alpha-francisation.

Voici une synthèse des constats rédigés à la suite de cette journée d’étude. Cette synthèse souligne huit éléments de contexte qui ont retenu notre attention et présente onze constats qui sont le reflet des préoccupations de personnes et d’organisations actives en alpha-francisation.

La diversité des besoins éducatifs et le profil des personnes

Les besoins éducatifs des personnes inscrites en alpha-francisation étaient au cœur des discussions. Ces besoins éducatifs sont nombreux et variés (A1), que ce soit à l’oral, à l’écrit ou en lecture (A4 et B1). Les profils dressés de ces personnes nous rappellent qu’il s’agit d’adultes ayant de faibles compétences de base en traitement de l’information écrite (littératie et numératie ), qui se distinguent par un rythme d’apprentissage plus lent et qui sont plus susceptibles d’éprouver des difficultés d’apprentissage.

Constat 1 : Les besoins éducatifs des personnes inscrites en alpha-francisation sont tout aussi nombreux et préoccupants que ceux des autres élèves ou des autres personnes apprenantes.

L’absence de services spécialisés

Le profil dressé des personnes inscrites en alpha-francisation montre que ces adultes devraient pouvoir bénéficier de soutien psychosocial et même de l’aide d’une travailleuse ou d’un travailleur social (A4 et B1). Cependant, ces personnes immigrantes n’ont pas accès aux services spécialisés généralement offerts aux autres élèves du secteur formel de l’éducation. Les enseignantes et les enseignants de la formation générale des adultes doivent donc intervenir dans un contexte d’absence de services (orthopédagogue, orthophonie, etc.). 

Constat 2 : Malgré des besoins éducatifs préoccupants et la présence de troubles d’apprentissage pouvant nuire à leur réussite, les personnes inscrites en alpha-francisation n’ont pas accès aux services spécialisés susceptibles de les aider.

La difficulté d’orienter les personnes vers les bonnes classes

Le profil particulier des personnes inscrites en alpha-francisation et l’absence de services spécialisés font en sorte qu’il est plus difficile d’orienter ces personnes vers les bonnes classes. Certaines personnes participantes comparaient l’alpha-francisation à un « fourre-tout » où se retrouvent des personnes apprenantes qui n’y ont pas leur place (A4 et B1). L’ajout de services spécialisés permettrait d’offrir à ces personnes apprenantes le soutien et les mesures adaptatives qui correspondent à leur profil (A4 et B1).

Constat 3 : Le contexte d’absence de services spécialisés fait en sorte que certaines personnes immigrantes se retrouvent dans des classes d’alpha-francisation alors que ce n’est pas leur place. 

La situation particulière des femmes monoparentales

Une discussion portant sur la francisation des femmes immigrantes non alphabétisées a permis de mettre en lumière le fait que ces dernières sont confrontées à des inégalités éducatives dont les effets sont exacerbés par des conditions de vie précaire et des situations d’extrême pauvreté (A2). Ces femmes sont souvent accaparées par les responsabilités familiales dès leur arrivée au pays et ces responsabilités peuvent retarder de plusieurs années leur participation à la francisation. Quant aux femmes monoparentales, leur participation à la francisation dépend entièrement de la possibilité d’avoir accès à certains services essentiels, notamment à des services de garde gratuits et adaptés à leur horaire de cours (A2).

Constat 4 : La difficulté pour les femmes immigrantes d’avoir accès à des services de garde gratuits peut limiter leur participation à la francisation ou à l’alpha-francisation.

Le manque de matériel spécialisé et la difficulté d’identifier des ressources

Cette journée d’étude a permis de mettre en lumière la rareté des ressources  spécifiquement développées pour l’enseignement auprès d’adultes ou encore pour intervenir dans un contexte d’alpha-francisation. Il apparaît que peu d’outils sont développés en réponse aux besoins spécifiques des personnes inscrites en alpha-francisation et que les ressources adaptées à la francisation de ces adultes sont peu visibles et difficiles à identifier (A1).

Des outils favorisant la compréhension orale et des textes adaptés aux besoins des adultes sont des exemples de matériels faisant défaut (A1). Dans ce contexte, les enseignantes et les enseignants doivent utiliser du matériel initialement développé pour des élèves de niveau primaire, ce qui peut avoir un effet infantilisant pour les adultes concernés (A1). 

Constat 5 : Le manque de matériel spécialisé en alpha-francisation et la difficulté d’identifier les ressources les plus adaptées à l’enseignement du français auprès d’adultes faiblement alphabétisés dans leur langue maternelle limitent la capacité d’intervention des enseignantes et des enseignants de ce secteur de l’éducation des adultes.

La formation des enseignantes et des enseignants

Les personnes participantes ont profité de l’occasion pour réclamer le développement d’une formation de niveau universitaire (A4 et B1) qui serait offerte aux enseignantes et aux enseignants qui se destinent à l’alpha-francisation. Une formation axée sur les réalités de la francisation des personnes immigrantes peu ou pas scolarisées dans leur langue maternelle. Une formation tenant compte du profil et des besoins éducatifs des personnes ayant de faibles compétences en littératie et en numératie (A3, B3 et B4). Finalement, une formation permettant  de développer des compétences en andragogie et en lien avec les démarches d’enseignement propres à l’alpha-francisation (B3 et B4).

Constat 6 : Aucune formation initiale axée sur les réalités de la francisation des personnes immigrantes peu ou pas scolarisées dans leur langue maternelle n’est offerte aux enseignantes et aux enseignants qui souhaitent intervenir en alpha-francisation. Par ailleurs, peu d’initiatives permettent de combler les besoins de formation continue des enseignantes et des enseignants qui œuvrent déjà en alpha-francisation.

Les pratiques efficaces en alpha-francisation

De nombreuses pratiques ont fait leurs preuves auprès des personnes inscrites en alpha-francisation. Voici quelques exemples soulignés par les personnes participantes : 
la rétroaction et la valorisation du potentiel : les personnes en alpha-francisation sont généralement très sensibles à la rétroaction de l’enseignante ou de l’enseignant; il peut être également très bénéfique de valoriser leurs acquis et les apprentissages qu’elles réalisent chaque jour;

  • le recours à la méthode de la découverte ou à des stratégies heuristiques, notamment afin de valoriser les savoirs des personnes;

  • la distribution graduelle et la modulation de l’enseignement en s’appuyant sur une connaissance des savoirs et des acquis de chaque personne apprenante;

  • la variation, la répétition et la réutilisation des contenus afin de stimuler l’apprentissage;

  • la mise en place de routines pour favoriser l’autonomie des personnes apprenantes;

  • la métacognition, c’est-à-dire la prise de conscience par la personne apprenante des stratégies d’apprentissage qui fonctionnent avec elle, comme moyen de faciliter le transfert des acquis;

  • l’efficacité de différentes techniques faisant appel à la gestuelle, aux repères visuels, au mime ou à l’apprentissage par le jeu.

Il apparaît cependant que les professionnels de l’enseignement qui œuvrent en alpha-francisation ont peu d’occasions de discuter des pratiques efficaces en alpha-francisation et de partager leurs expériences avec leurs pairs.

Constat 7 : De nombreuses pratiques ont fait leurs preuves auprès des personnes inscrites en alpha-francisation. Cependant, peu de communautés de partage offrent aux enseignantes et aux enseignants l’occasion de découvrir ces façons de faire à travers l’expérience d’une autre personne. 

L’impact du financement et des politiques sur l’accès aux services et au soutien

Finalement, cette journée d’étude a mis en lumière le fait que plusieurs ministères ont pour mission de faire de la francisation au Québec. La francisation est donc une responsabilité partagée par au moins trois ministères dont les stratégies, les plans d’action et les programmes sont différents. Ainsi, plusieurs « portes d’entrée » permettent aux personnes immigrantes d’avoir accès à différents services de francisation qui, en l’absence de coordination centralisée, peuvent se faire concurrence.

À ce titre, les personnes participantes soulignent l’importance de centraliser l’accès à la francisation et à l’alpha-francisation, d’assouplir les modalités d’accès aux différents services offerts et de préserver la diversité acteurs offrant ces services (B2). Elles estiment également qu’un seul ministère devrait gérer toute la francisation au Québec.

Constat 8 : L’amélioration des services publics de francisation offerts au Québec semble être liée à l’adoption d’un programme-cadre permettant de créer une porte d’entrée unique et d’assurer une meilleure coordination de l’action des différents ministères qui font de la francisation.

Constat 9 : Le financement de la francisation apparaît être inadapté à plusieurs égards : d’une part, il peine à répondre aux exigences de financement de base des organismes concernés (notamment en alpha-francisation); d’autre part, il est globalement limité aux huit premiers niveaux de l’échelle de compétences linguistiques du fédéral, alors qu’il aurait avantage à aller au-delà.

Constat 10 : L’uniformisation et la bonification des mesures de soutien offertes aux personnes immigrantes qui suivent des cours à temps plein ou à temps partiel (peu importe l’ordre d’enseignement ou le lieu de formation) sont d’importantes conditions de réussite et de succès pour la francisation au Québec.

La mobilisation et la concertation des intervenantes et des intervenants

Réunies en assemblée plénière, les personnes participantes ont souligné ont souligné l’importance de leur offrir des occasions de se réunir afin de discuter de sujets qui reflètent leurs préoccupations et de mener des échanges constructifs en lien avec des pratiques et des réalités propres à l’alpha-francisation. 

Ce faisant, elles ont également souligné l’absence de lieux où il leur était possible d’apprendre des autres. Il apparaît qu’aucun lieu de mobilisation et de concertation où les intervenantes et les intervenants des différents secteurs de l’éducation des adultes peuvent se réunir pour apprendre des autres n’est centré sur les réalités propres à l’alpha-francisation. 

Constat 11 : Les personnes qui interviennent en alpha-francisation au Québec revendiquent la création de lieux et d’occasions leur permettant d’apprendre des autres et de participer à des rencontres informatives ou exploratoires qui favoriseraient la mobilisation et la concertation. 

La suite des choses

Les constats formulés à la suite de cette journée d’étude sont révélateurs de la situation particulière de l’alpha-francisation au Québec. Il est possible d’y voir de nombreuses pistes d’actions susceptibles de solutionner des problèmes qui entravent l’efficacité des interventions menées en alpha-francisation ou de lever des obstacles qui limitent la participation des personnes immigrantes faiblement alphabétisées dans leur langue maternelle.

Pour la suite des choses, l’ICÉA s’engage donc à relayer l’ensemble des constats formulés auprès des organisations et des instances (sectorielles, décisionnelles, gouvernementales et autres) qui sont directement concernées par l’alpha-francisation. Nous croyons par ailleurs important de souligner la nécessité de répondre au besoin de mobilisation et de concertation exprimé par les intervenantes et les intervenants de ce secteur de l’éducation des adultes. 

Ce souhait révèle la volonté des personnes participantes à cette journée d’étude de créer une communauté de pratique et d’inscrire leurs discussions à venir dans une perspective apprenante.