ICEA

Institut de coopération pour l'éducation des adultes
 

Réponse éducative à la Covid-19 : la continuité des apprentissages et la formation en ligne

clavier d'ordinateurEn réponse à l'interruption des services éducatifs scolaires en présentiel, la formation en ligne est rapidement apparue comme un moyen de maintenir une continuité des apprentissages chez les enfants et les jeunes. Au Québec, le ministre de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur a salué ces initiatives et indiqué que son ministère regroupera sur un site web de l'information sur les ressources existantes. De même, les universités ont annoncé qu'elles miseront sur la formation en ligne pour terminer la session en cours. Sur la scène internationale, l'UNESCO a mis sur pied une Coalition Covid-19 pour la formation en ligne et propose une liste de ressources sur un site web. On cherche donc à recourir à grande échelle à la formation en ligne, accélérant les développements en la matière. 

Dans le domaine de l'éducation des adultes, nous observons des initiatives similaires, concernant le basculement en ligne de l'offre de formation. Par exemple, la Société pour la formation à distance (SOFAD), qui est responsable d'offrir en ligne les services éducatifs de la formation générale des adultes, a indiqué qu'elle maintenait ses services. La TÉLUQ a offert son expertise. Les plateformes privées d'autoformation en ligne publicisent leurs services et offrent des rabais, comme l'annonce l'une d'entre elles.

Dans les dernières années, l'ICÉA a documenté les nouveaux lieux en émergence d'éducation des adultes, en particulier, les plateformes en ligne d'éducation. Ces dernières sont nombreuses, et certaines font déjà partie des ressources d'apprentissage des adultes, comme le montrent le visionnement de tutoriels éducatifs sur Youtube ou la poursuite de parcours de formation sur LinkedIn Learning. Sur les réseaux sociaux, ces plateformes publicisent leurs services.

Comme tout dispositif d'éducation, la formation en ligne implique chez les personnes des préalables en matière d'acquis (ex. compétences numériques et autonomie dans un contexte d'autoformation) et demande de réunir des conditions pédagogiques (ex. : aller au-delà la diffusion en ligne de la captation vidéo d'un enseignement magistral, mise en place des formules d'accompagnement), matérielles (ex. : possession d'équipement informatique performant et connexion internet) et financières (ex. : capacité de se procurer l'équipement informatique et de payer le coût des services internet) pour assurer la persévérance des études et la réussite des apprentissages. Il ne faut pas escamoter la mise en place de ces conditions, dans l'installation à grande échelle de la formation en ligne comme solution de remplacement à l'éducation en présentiel dans un environnement scolaire.

Le cas de la formation des travailleuses et des travailleurs mérite une attention particulière. Dans une lettre d'opinion de l'ICÉA, nous évoquions que le gouvernement fédéral pourrait accélérer la mise en place du congé-formation, annoncé dans le budget 2019-2020. Cela offrirait aux entreprises la possibilité de former leur personnel, au lieu de le mettre à pied. Financé par la caisse d'assurance-emploi, ce congé-formation est d'une durée de quatre semaines. La formation à distance serait un moyen adapté aux circonstances de confinement à la maison des personnes bénéficiant éventuellement de ce congé-formation.

Plus largement, il est possible que plusieurs personnes profitent de la situation pour développer en ligne leurs acquis professionnels ou qu'elles acquièrent de nouvelles connaissances sur des sujets divers. Par exemple, les bibliothèques renforcent leur offre de services de prêt de livres numériques et les musées élargissent l'accès numérique à leur collection. Impossible de ne pas mentionner les multiples occasions d'éducation à la santé qui se multiplient en ligne. Ainsi, grâce à la formation en ligne, le contexte inédit dans lequel nous nous trouvons pourrait devenir, pour les adultes, une période d'intensification des apprentissages.

Or, en éducation des adultes, il n'y a pas que la formation qui peut se donner en ligne. Car, il existe des outils en ligne de microcertification des acquis. Par exemple, les badges numériques ouverts sont l'un de ces outils qui permettent de valider les acquis réalisés. Cette microcertification permet à la personne en bénéficiant de faire connaître ses nouveaux acquis, par exemple, à son employeur, un employeur potentiel ou dans le cadre des services de reconnaissance des acquis des établissements d'enseignement. Dans un contexte qui pourrait donner lieu à une recrudescence de l'apprentissage en ligne, recourir à la microcertification en ligne permettrait aux personnes de tirer profit de ces acquis, dans la période de l'après-crise.

Le contexte de confinement à domicile dans lequel nous nous trouvons devient un accélérateur du développement de la formation en ligne, tant chez les organisations et les institutions offrant des activités d’éducation aux adultes que pour les personnes qui découvrent de nouveaux moyens d’apprentissage. Si cette période de confinement perdure, de nouvelles pratiques d’apprentissage se formeront. Or, comme le soulignait Christiana Nikolitsa-Winter, de l’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie (UIL), il faut éviter que la fracture numérique s’élargisse. Cela est un défi, en temps normal, et l’est encore plus, dans notre situation exceptionnelle.