ICEA

Institut de coopération pour l'éducation des adultes
 

Rapport du CSE sur les programmes d’études : les défis du nouveau programme de la Formation générale des adultes

Page couverture rapport CSELe Conseil supérieur de l’éducation a consacré son Rapport sur l’état et les besoins de l’éducation 2012-2014 à la question de la réforme des programmes d’étude. Le curriculum de la Formation générale des adultes (FGA) a retenu l’attention du Conseil, ce que l’ICÉA tient à saluer. Le Conseil explique que la spécificité de l’organisation scolaire de la FGA suscite d’importants défis pour la réforme du curriculum de la FGA, défis qui sont accentués par le report de cette réforme et l’absence d’indications sur son éventuelle relance.

D’entrée de jeu, l’ICÉA tient à souligner le fait que le Conseil propose une analyse distincte de la réforme du curriculum de la Formation générale des adultes, en parallèle de celle consacrée à la réforme au secteur des jeunes. Bien que le secteur de l’éducation des adultes soit capital pour un accès équitable au diplôme d’études secondaires, il est malheureusement trop souvent oublié dans le débat public en éducation. Le rapport du Conseil contribue à corriger cette situation.

Dans son rapport, le Conseil met en évidence plusieurs problèmes auxquels a fait face l’implantation du nouveau curriculum de la FGA. Le Conseil rappelle le report qui frappe l’obligation de mettre en œuvre ce curriculum. Selon le Conseil, «le report de l’implantation obligatoire de la réforme sans consultation préalable du réseau ni proposition d’échéancier de rechange a eu un effet démobilisateur certain, surtout chez le personnel enseignant ». À ce sujet, il importe, fait valoir le Conseil, que soit déterminée une date butoir pour l’implantation obligatoire du nouveau curriculum.

Pour réussir l’implantation du curriculum de la FGA, plusieurs conditions restent à remplir, explique le Conseil. La préparation des enseignantes, des enseignants et du personnel scolaire est l’une d’elles. Concernant les enseignantes et les enseignants, le Conseil estime que leur formation initiale et continue sont insuffisantes en matière d’évaluation des apprentissages et en andragogie. Quant au personnel scolaire, le Conseil juge aussi leur formation insuffisante ou inadaptée, relativement à l’implantation du nouveau curriculum.

Par ailleurs, le Conseil met en lumière les défis particuliers que pose l’organisation scolaire de la formation générale des adultes. Plus particulièrement, il soulève le défi des entrées et sorties variables et, en région, le poids des ratios de financement, qui obligent à recourir à des groupes multiniveaux, ce qui soulève des difficultés, dans un contexte d’application de la pédagogie différenciée. À ces contraintes s’ajoutent les étudiantes et les étudiants aux statuts diversifiés, la formation à distance et les partenaires de l’éducation des adultes, qui sont différents de ceux du secteur des jeunes.

En plus de ces défis, le Conseil soulève la question de la place des jeunes dans les centres d’éducation des adultes. Pour le Conseil, les centres d’éducation des adultes ont une mission de plus en plus « duale » : « accueillir des jeunes et des adultes sous un même toit ». La consultation menée par le Conseil l’amène à constater « que la situation est variable d’un milieu à un autre». Alors que des centres « s’accommodent très bien de la présence d’un grand nombre de jeunes », d’autres centres « souhaiteraient accueillir plus d’adultes âgés de 25 ans ou plus ». Toutefois, le Conseil se demande si nous n’assistons pas à une « ‘’secondarisation’’ de l’éducation des adultes et des centres qui lui sont dédiés ».

Ainsi, pour le Conseil, l’incertitude et la démobilisation suscitées par le report indéfini de l’obligation de mettre en œuvre le nouveau curriculum, la formation lacunaire des enseignantes, des enseignants et du personnel scolaire responsable d’implanter le curriculum, la mission duale d’un établissement scolaire qui doit répondre aux besoins éducatifs diversifiés des jeunes et des adultes ainsi que la spécificité de l’organisation scolaire de l’éducation des adultes sont les principaux problèmes qui ont marqué l’implantation toujours facultative du nouveau curriculum de la FGA.

Conclusion

La période d’«austérité budgétaire » en cours et les transformations annoncées par le gouvernement chez les commissions scolaires ne peuvent qu’accentuer les effets négatifs de l’incertitude qui marque la mise en place du nouveau curriculum, dont l’implantation obligatoire fut reportée, sans autre information.

Dans un tel contexte, il est à propos que le Conseil mette en lumière l’effet structurant de la Politique gouvernementale d’éducation des adultes et de formation continue sur la prise en compte des particularités de l’éducation des adultes, lors de la démarche d’élaboration du nouveau curriculum.

Alors que le gouvernement actualise cette Politique gouvernementale d’éducation des adultes et de formation continue, les leçons tirées par le Conseil invitent à prendre en compte les conséquences négatives du flou dans les orientations et de l’absence de plan d’action procurant les ressources matérielles et professionnelles nécessaires à l’atteinte des réformes proposées.

Pour poursuivre la réflexion sur la FGA, l’ICÉA et trois centres de recherches universitaires organisent une journée d’étude intitulée Convergences pour la FGA. Cet événement s’inscrit dans une volonté de contribuer aux futures orientations en FGA que proposera la Politique gouvernementale d’éducation des adultes et de formation continue. Il est possible de s’inscrire à cette journée  en accédant au formulaire d’inscription.