ICEA

Institut de coopération pour l'éducation des adultes
 

5e anniversaire de La Grande Lecture au Théâtre Rialto : Apprentissage et diversité

Mardi 22 avril 2014 - ICÉA

Photo des apprenants lors de LGL - 16 avril 2014C’est dans le beau décor du Théâtre Rialto que s’est déroulée la Grande Lecture qui a fêté ses cinq ans le mercredi 16 avril. À cette occasion, 150 personnes se sont rassemblées dans une ambiance festive, pour lire et écouter les témoignages et les textes écrits par des adultes apprenants qui, souvent, illustrent les difficultés et les joies de l’apprentissage et du retour aux études.

Cette année, La Grande Lecture a invité plusieurs apprenants des communautés huronne, algonquine, anishnabe  et innu provenant de Wendake et de l’Abitibi à y participer, afin de leur donner la parole sur leur vécu. Après la projection de film de Wapikoni Mobile, plusieurs jeunes femmes ont confié au public, par la lecture leurs textes, les chemins semés d’embûches que rencontrent de nombreux autochtones qui ont décroché du système scolaire ainsi que les raisons qui les amènent à retourner sur les bancs d’école. Ce fut notamment l’occasion, pour plusieurs d’entre elles, de mentionner avec chaleur le beau travail effectué par le Centre de développement de la formation et de la main-d’oeuvre (CDFM) huron-wendat ainsi que par le Centre régional d’éducation des adultes (CRÉA) Kitci-Amik de Lac-Simon.

Plusieurs artistes ont également prêté main forte à cette célébration de l’apprentissage. Outre les porte-paroles de la Semaine québécoise des adultes en formation, la comédienne Sylvie Potvin et l’animateur Marc-André Coallier, Stéphane Archambault, Jici Lauzon, Maxime Denommée et Stéphanie Lapointe se sont joints aux adultes apprenants pour les accompagner dans la lecture de leurs textes. Le chanteur innu Shauit et les danseurs de la formation Sweet Technique ont également ponctué la soirée de leurs prestations, tandis que l’artiste Fanny Aïsha réalisait une peinture en direct.

Le public a aussi retenu de cette soirée le récit émouvant de Bilinda Maxi qui évoque le terrible tremblement de terre qui dévasta Haïti, le 12 janvier 2010 et le formidable message d’encouragement lancé par Jacques Forgues, un homme qui à cinquante ans a repris sa formation de base et écrit aujourd’hui de beaux poèmes.