Les adultes québécois à l’éducation formelle

Apprendre + Agir, les indicateurs 2016-2017Une analyse des données relatives à la participation des adultes à la l’éducation formelle

Une analyse des données relatives à la participation des adultes à quatre secteurs de l’éducation formelle au Québec nous a permis de développer un indicateur global de la participation des adultes à l’éducation formelle.
 
Ces données témoignent selon nous :
  • d’une croissance des effectifs des adultes de 25 ans et plus entre 2006 et 2010. Cette croissance confirme la présence grandissante des adultes dans plusieurs secteurs de l’éducation formelle; et
  • de variations concernant l’équilibre entre deux groupes d’âges bien définis : les élèves de 25 ans et plus comparativement aux élèves de 24 ans et moins. Ces variations viennent appuyer le constat concernant la présence grandissante des adultes dans plusieurs secteurs de l’éducation formelle.
 
Les données compilées révèlent par ailleurs la forte présence des femmes dans trois des quatre secteurs de l’éducation formelle cités. En effet, les femmes demeurent minoritaires dans le secteur de la Formation professionnelle, bien qu’elles y soient aujourd’hui plus nombreuses qu’en 2006.

 

La croissance des effectifs entre 2006 et 2010

Les données recensées par l'ICÉA indiquent que les effectifs totaux des secteurs de la formation générale des adultes, de la formation professionnelle, de la formation continue des cégeps et des universités sont passés de 560 000 à plus de 630 000 élèves entre 2006 et 2010. Cette hausse de quelque 70 000 élèves correspond à une croissance de 12 % de la fréquentation scolaire au cours de la période. Comparativement, les effectifs des adultes de 25 ans et plus ont cru de 14 % au cours de la même période, passant de 272 000 à plus de 310 000 personnes. 
 
Ces données révèlent que de plus en plus d’adultes, notamment de 25 ans et plus, participent à l’éducation formelle au Québec. On note par ailleurs que, à l’exception de la formation continue du collégial, où ils représentent 65 % des effectifs, les adultes de 25 ans et plus représentent près de la moitié des personnes qui fréquentent les différents autres secteurs de l’éducation formelle : 49 % en FGA, 50 % en FP et 47 % dans les universités. 

 

L’équilibre entre les âges

La FGA et la FP
Entre 2006 et 2010, les écarts entre les groupes d’âges des élèves de la formation générale des adultes (FGA) et de la formation professionnelle (FP) ont diminué. De fait, on retrouve en 2010 presqu’autant d’élèves de 25 ans et plus que d’élèves de 24 ans et moins dans ces secteurs. En 2006, les élèves de 24 ans et moins étaient 8 % plus nombreux à la FGA et 4 % plus nombreux à la FP.
 
La formation continue des cégeps
La formation continue des cégeps présente un exemple intéressant de grande disparité entre les deux groupes d’âge. En effet, que ce soit en 2006 ou en 2010, on y retrouve généralement deux fois plus d’élèves de 25 ans et plus : 65 % de 25 ans et plus contre 35 % de 24 ans et moins. En ce sens, il est possible de soutenir que la formation continue des cégeps répond le plus souvent aux besoins d’adultes en emploi qui effectuent un retour aux études à temps plein ou partiel.
 
Les universités 
L’écart entre les deux groupes d’âges des élèves des universités semble se maintenir dans le temps. En effet, la proportion d’élèves de 25 ans et plus demeure stable au cours de la période, passant de 48 % en 2006, à 47 % en 2010. Cette proportion révèle elle aussi qu’un grand nombre d’élèves des universités sont des adultes actifs sur le marché du travail qui effectuent un retour aux études à temps plein ou partiel.
 
 

L’équilibre entre les hommes et les femmes

La FGA et les universités
Les proportions de femmes et d’hommes qui fréquentent la formation général des adultes ou les universités ont peu ou pas évoluées entre 2006 et 2010. Elles demeurent stables avec une majorité de femmes pour les deux secteurs : 53 % à la FGA et 58 % dans les universités.
 
La FP et la formation continue des cégeps
Les proportions de femmes et d’hommes qui fréquentent la formation professionnelle ou la formation continue des cégeps ont toutes deux évoluées entre 2006 et 2010. D’une part, l’écart entre les hommes et les femmes a diminué à la formation professionnelle : 60 % d’hommes contre 40 % de femmes, en 2006, comparativement à 57 % d’hommes contre 43 % de femmes, en 2010. D’autre part, on observe la tendance inverse à la formation continue des cégeps : la proportion d’hommes est passée de 41 % à 43 % entre 2006 et 2010, alors que la proportion de femmes au diminué d’autant, passant de 59 % à 57 %.
 
 

Pourquoi parler des adultes de 25 ans et plus?

En accordant une attention particulière à la présence des adultes de 25 ans et plus qui fréquentent quatre secteurs de l’éducation formelle où on retrouve peu ou pas de jeunes : la formation générale des adultes, la formation professionnelle, la formation continue des cégeps et les universités. Ce choix méthodologique vise donc à cibler en priorité des adultes dont la participation s’inscrit le plus souvent dans un contexte de retour aux études. 
 
Il permet selon nous de présenter un portrait des adultes qui participent à l’éducation formelle. En effet, il est facile d’imaginer que la plupart des personnes de 25 ans et plus qui fréquentent la formation générale des adultes ou la formation professionnelle des commissions scolaires le font dans un contexte de retour aux études. Par ailleurs, c’est également le cas des 25 ans et plus qui fréquentent la formation continue des cégeps. Finalement, à moins d’être inscrits à des études de cycle supérieur (maîtrise ou doctorat), les adultes de 25 ans et plus qui fréquentent l’université sont bien souvent actifs sur le marché du travail.

Une publication annelle pour l'ICÉA

par Pierre Doray
Président de l'ICÉA et professeur au Département de sociologie de l'UQAM

 

Témoin de notre engagement collectif

par Paula Duguay
Présidente du comité consultatif sur les politiques en éducation des adultes (PÉA)

 


 

L'éducation des adultes en transition

par Daniel Baril
Directeur général (ICÉA)

 

À la croisée des chemins

par Hervé Dignard
Agent de recherche et de développement (ICÉA)

 

L'Éducation des adultes en chiffres

 


 

Signalement