ICEA

Institut de coopération pour l'éducation des adultes
 

L'ICÉA reçoit la Médaille de la Faculté de l'éducation permanente de l'Université de Montréal

Image remise médaille FEP
Allocution prononcée par Daniel Baril, directeur général de l'ICÉA, lors de la réception de la médaille de la Faculté de l'éducation permanente.

Madame la ministre responsable de l’Enseignement supérieur et de la Condition féminine
Madame Françoise David
Monsieur le chancelier,
Monsieur le recteur,
Monsieur le vice-recteur aux relations avec les diplômés, aux partenariats et à la philanthropie,
Monsieur le secrétaire général,
Monsieur le doyen de la Faculté de l’éducation permanente,
chers parents et amis,
chers diplômés,

D’abord et avant tout, Monsieur Pierre Doray, président du conseil d’administration de l’ICÉA, est présentement à l’étranger et ne pouvait assister à cette cérémonie. Il s’excuse de son absence et me pris de vous communiquer qu’il est, tout comme l’ensemble des membres du conseil d’administration de l’ICÉA, profondément ému de l’honneur qui nous est fait.

Recevoir un tel hommage de la part de la FEP est encore plus touchant puisque la Faculté et l’ICÉA sont des compagnons de route depuis très longtemps, dans cette longue marche de l’éducation des adultes au Québec. Avec plusieurs centrales syndicales, la FEP est un des membres les plus anciens de l’ICÉA. En outre, plusieurs employés de l’ICÉA ont suivi des cours à la FEP et plusieurs membres du conseil d’administration de l’ICÉA ont œuvré à la FEP, comme Pierre Doray, Pierre Paquet et Guy Bourgeault, pour ne nommer que trois présidents de l’ICÉA.

Depuis sept décennies, l’ICÉA met au cœur de son action le droit à l’éducation pour tous les adultes. Ce droit à l’éducation est fait de lois, de politiques et de lieux d’éducation, comme l’université. Année après année, gouvernement après gouvernement, l’ICÉA a œuvré à renforcer ces lois, ces politiques et ces lieux d’éducation pour que l’éducation soit bel et bien un droit pour toutes et tous. Définitivement, de grands pas ont été faits au Québec, comme le montre l’existence de la FEP. Il reste encore beaucoup à faire, surtout dans ces sociétés qui misent si fortement sur les connaissances et les compétences et qui créent de nouvelles inégalités en éducation.

Or, au-delà ses dimensions juridiques et politiques, le droit à l’éducation a un visage concret, c’est-à-dire, celui des adultes qui poursuivent ou retournent aux études. Autrement dit, vous, les nouveaux diplômés de la FEP. Pour vous, le droit à l’éducation des adultes n’est pas un concept, c’est votre quotidien, depuis des années. Persévérer dans vos études, alors qu’il vous faut concilier le travail, la famille et les études, surmonter la fatigue de longues journées qui se terminent par un cours et de fin de semaine où le repos fait place aux travaux scolaires, combattre des sursauts de découragement devant le nombre d’années à faire avant la diplomation, vous avez mené au jour le jour un combat pour votre droit à l’éducation. Cette collation des grades célèbre votre lutte personnelle pour le droit à l’éducation des adultes. Pour une organisation comme l’ICÉA, vous êtes des sources d’inspiration et le rappel de notre mission fondamentale : prendre la défense du droit à l’éducation pour tous les adultes.

Cette reconnaissance, que nous offre une amie de longue date, est un grand honneur. Nous en sommes profondément reconnaissants. Cette médaille au cou, nous pourrons reprendre la route pour la défense du droit à l’éducation des adultes.