ICEA

Institut de coopération pour l'éducation des adultes
 

Soutenir le retour aux études des femmes monoparentales sans diplôme

En 2016 au Québec, les femmes monoparentales de 15 ans et plus sont généralement moins scolarisées que les femmes d’une famille biparentale avec ou sans enfant (Indicateurs 31a ICÉA). Par exemple, le taux de celles qui n’ont aucun diplôme est de 22 % comparativement à 15 % chez celles de familles biparentales avec ou sans enfant. Au Québec en 2016, on comptait 61 590 femmes monoparentales sans diplôme de 15 ans et plus1.

Or, on sait que les personnes sans diplôme occupent généralement des emplois qui offrent la plus faible rémunération comparativement aux personnes ayant des diplômes2. Comme le taux de faible revenu des familles monoparentales (27 % en 2016) est trois fois plus important que celui des familles biparentales (7 % en 2016)3, on peut penser que l’obtention d’un premier diplôme constitue un atout pour améliorer leurs conditions de vie.

Dans cette optique, le projet de recherche de l’ICÉA mené conjointement avec Maman va à l’école a toute sa pertinence. Cette étude cherche, comme son titre l’indique, à Soutenir le retour aux études des femmes cheffes de famille monoparentale sans diplôme4.

Ce projet a pris forme à la demande de Maman va à l’école (MVE); un organisme qui «  vise principalement l’accès à une véritable formation pour les mères de famille monoparentale sans égard à leur âge »5. Au fil de sa pratique, MVE constate qu’il est difficile de rejoindre les femmes monoparentales sans diplôme et de les inciter à retourner aux études. Cette difficulté n’est pas unique à MVE. Plusieurs organisations qui œuvrent auprès de populations faiblement scolarisées ou ayant des difficultés socioéconomiques se butent à ce problème.

Notre projet de recherche tentera de répondre à la question suivante : comment informer et faire bénéficier les femmes cheffes de famille monoparentale pauvres et sans diplôme des services existants qui peuvent les aider à retourner aux études? 

Pour répondre à cette question, le projet se déploiera en trois volets :

  • Identifier les raisons pour lesquelles des femmes monoparentales sans diplôme n’utilisent pas les services éducatifs;
  • Identifier les obstacles qui empêchent ces femmes à retourner aux études;
  • Répertorier des moyens pour informer ces femmes sur les services existants
  • Colliger des moyens qui facilitent le retour aux études et la persévérance jusqu’à l’obtention d’un premier diplôme.

Une attention particulière sera portée aux femmes monoparentales sans diplôme  qui sont soit immigrantes, racisées ou de nations autochtones. Différentes raisons motivent ce regard plus attentif.

D’une part, chez les femmes immigrantes de 25 à 64 ans, le taux de sans diplôme est un peu plus élevé (12,6 %) que celui des femmes non immigrantes (11,5 %) et celui des hommes immigrants (11,8 %) du même âge (Indicateur 29a ICÉA). De plus, elles font face à plusieurs autres obstacles qui s’ajoutent à ceux rencontrés par la plupart des femmes monoparentales. On pense, par exemple à la difficulté à maîtriser le français, à la méconnaissance de la culture et des services éducatifs, au racisme, etc.

D’autre part, au Canada en 2011, les femmes autochtones de 15 ans et plus présentent un taux deux fois plus élevé de mères seules (17 %) comparativement aux femmes non autochtones (8 %)6. Aussi, leur taux de scolarité est généralement plus faible que celui des femmes non autochtones. Par exemple, au Québec en 2016, 26 % de celles qui avaient de 25 à 64 ans étaient sans diplôme comparativement à 11 % des femmes non autochtones du même âge (Indicateur 28a ICÉA). Les femmes autochtones vivent également un grand nombre d’obstacles à l’éducation. On pense entre autres aux conséquences de la colonisation, aux violences sexuelles et physiques, au racisme, etc.

Différents moyens seront pris pour recueillir l’information: revue de littérature, entretiens individuels ou de groupe auprès de femmes monoparentales sans diplôme, d'intervenantes et intervenantes et d'organismes.

Nos travaux seront alimentés par un comité consultatif composé d’organisations dont l’expertise est plus que pertinente au projet. En plus de la chercheuse Claudie Solar, de Maman va à l’école et de l’ICÉA, six autres organismes composent ce comité, soit l’Association des milieux alternatifs de scolarisation du Québec (AMASQ), le Centre de documentation sur l’éducation des adultes et la condition féminine (CDEACF), Femmes Autochtones du Québec (FAQ), la Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec (FAFMRQ), La Maisonnée et le Service d'orientation et de recherche d'emploi pour l'intégration des femmes au travail (SORIF).

Ultimement, les résultats de cette recherche permettront de dégager des actions que pourrait entreprendre Maman va à l’école pour améliorer son soutien aux femmes cheffes de famille monoparentale et sans diplôme. Ces résultats pourront certainement inspirer d’autres organismes travaillant avec des populations peu scolarisées.

Les travaux ont démarré en octobre 2019 et vont bon train. L’ICÉA fera part de ses résultats dans les mois qui viennent. Pour suivre nos travaux, consultez notre site Web ou devenez membre de l’ICÉA et recevez nos bulletins d’information.

_____________________

1Statistique Canada, Recensement de la population de 2016, produit numéro 98-400-X2016240 au catalogue de Statistique Canada. https://www150.statcan.gc.ca/n1/fr/catalogue/98-400-X2016240

2Rose, Ruth. 2016. Les femmes et le marché du travail au Québec : portrait statistique, 2e édition. Montréal : Comité consultatif femmes en développement de la main-d’œuvre, p 13.

3Institut de la statistique du Québec. 2019. « Taux de faible revenu des familles selon la mesure du faible revenu (MFR) ». In Banque de données des statistiques officielles sur le Québec. Consulté en ligne le 20-01-2020 : http://www.bdso.gouv.qc.ca/docs-ken/vitrine/occupation-vitalite-territoi...

4Ce projet de recherche est soutenu financièrement par la Fondation Lucie et André Chagnon.

5Site de MVE : http://mamanvaalecole.lacsq.org/

6Statistique Canada. 2016. « Les femmes des Premières Nations, les Métisses et les Inuites ». In Femmes au Canada. Rapport statistique fondé sur le sexe, par Paula Arriagada, p. 11. Consulté en ligne le 21-01-2020 : https://www150.statcan.gc.ca/n1/fr/pub/89-503-x/2015001/article/14313-fr...