ICEA

Institut de coopération pour l'éducation des adultes
 

Budget fédéral 2021 : plusieurs investissements répondent aux besoins éducatifs des adultes

Budget fédéral 2021Ce budget comprend notamment des mesures visant à développer les compétences des adultes, accroître l’offre de formation en milieu de travail ou favoriser les transitions (numériques, technologiques ou autres). À ce titre, près de 3 milliards $ sont versés aux provinces et aux territoires. Au Québec, la majeure partie de cet investissement va à la qualification des travailleuses et des travailleurs.

Ces mesures cherchent à répondre aux besoins d’une main-d’œuvre qualifiée formulée par les employeurs. Elles cherchent également à participer au développement des compétences des adultes, notamment en ce qui concerne l'univers numérique, la littératie et la numératie. 

Le budget fédéral comprend également des mesures visant à alléger la dette des étudiantes et des étudiants ou encore à aider les jeunes générations de travailleuses et de travailleurs à développer leurs compétences professionnelles et à établir des liens avec les employeurs.

Les compétences, la formation et les métiers

« Chaque année le gouvernement fédéral transfert environ 3 milliards de dollars aux provinces et aux territoires afin qu’ils puissent appuyer les travailleurs et les aider à acquérir des compétences en demande dans leur économie. » (Budget fédéral 2021 : p. 125, chapitre 3)

Par ces investissements, le budget fédéral 2021 vise à établir « un meilleur lien entre les travailleurs et les emplois de qualité dans les secteurs en croissance, en créant de nouvelles possibilités et en augmentant la diversité dans les métiers ainsi qu’en aidant les Canadiens à acquérir les compétences fondamentales nécessaires pour réussir dans l’économie d’aujourd’hui. » (Budget fédéral 2021 : p. 125, chapitre 3)

Aider les employeurs à former et à recruter

Un financement de 960 millions $ sur trois (2021-2022 à 2023-2024) permettra de mettre en œuvre le nouveau Programme de solutions pour la main-d’œuvre sectorielle. Emploi et Développement social Canada recherchera la collaboration des associations sectorielles et des employeurs pour concevoir et offrir « une formation adaptée aux besoins des entreprises, en particulier les petites et moyennes entreprises et leurs employés. » (Budget fédéral 2021 : p. 126, chapitre 3) 

Tout en aidant les entreprises « à recruter et à conserver une main-d’œuvre diversifiée et inclusive », il sera possible de « jumeler jusqu’à 90 000 Canadiens à la formation dont ils ont besoin pour accéder à de bons emplois dans les secteurs où les employeurs recherchent des travailleurs qualifiés. » (Budget fédéral 2021 : p. 127, chapitre 3)

Créer de nouvelles possibilités pour les gens de métier qualifiés

Un financement de 470 millions $ sur trois (2021-2022 à 2023-2024) permettra d’établir un nouveau service aux apprentis. « Le Service aux apprentis aiderait 55 000 apprentis de première année dans les métiers de la construction et de la fabrication du Sceau rouge à accéder aux possibilités offertes aux petits et moyens employeurs. » (Budget fédéral 2021 : p. 127, chapitre 3)

Soutenir les compétences nécessaires au succès

Un financement de 298 millions $ sur trois (2021-2022 à 2023-2024) servira à mettre en œuvre le nouveau programme Compétences pour réussir et ainsi aider près de 90 000 « Canadiens de tous les niveaux de compétences à améliorer leurs compétences fondamentales et transférables. » (Budget fédéral 2021 : p. 128, chapitre 3)

Ce programme vise à aider les entreprises à combler les besoins liés à l’évolution des technologies et à financer les « organismes qui conçoivent et dispensent de la formation pour améliorer les compétences fondamentales comme la littératie et la numératie, ainsi que les compétences transférables et générales. » (Budget fédéral 2021 : p. 128, chapitre 3) Le budget fédéral 2021 souligne à ce titre que « 45 % des Canadiens n’ont pas les compétences numériques ni les compétences en littératie et en numératie qui sont de plus en plus nécessaires pour réussir dans l’économie du savoir. » (Budget fédéral 2021 : p. 128, chapitre 3) 

Garantir la reprise dans les communautés grâce à la formation professionnelle et à la planification de la main-d’œuvre

Un financement de 55 millions $ sur trois (2021-2022 à 2023-2024) est prévu pour le nouveau Programme de développement de la main-d’œuvre des communautés. L’objectif est d’aider les communautés à jumeler des organismes employeurs à fort potentiel de croissance avec des fournisseurs de formation « afin de développer et d’offrir une formation et des stages […] et de pourvoir les postes hautement sollicités. » (Budget fédéral 20211 : p. 128, chapitre 3)

Aider les travailleurs à faire la transition vers de nouveaux emplois

Un financement de 250 millions $ sur trois (2021-2022 à 2023-2024) est prévu afin d’aider Innovation, Sciences et Développement économique Canada à favoriser la transition d’environ 15 500 personnes vers de nouvelles possibilités d’emploi. L’initiative vise à « élargir les approches de perfectionnement et de redéploiement des travailleurs qui ont fait leurs preuves et qui sont menées par des tiers dans le but de répondre aux besoins des industries en croissance. » (Budget fédéral 2021 : p. 129, chapitre 3)

Élargir le soutien fédéral aux adultes qui retournent à l’école à temps plein

Des sommes de 365,8 millions $ pour les cinq prochaines années (2021-2022 à 2024-2025) et 26,7 millions $ par année par la suite iront à la mise en œuvre du programme Action Compétences, « destiné à aider les adultes qui travaillent à payer les frais du retour à l’école à temps plein dans le but de perfectionner leurs compétences. » (Budget fédéral 2021 : p. 130, chapitre 3)

Cet investissement permet de prolonger le complément de 1 600 $ des bourses d’études canadiennes à temps plein pour les apprenants adultes jusqu’en juillet 2023 (deux années scolaires) et de rendre permanente la possibilité d’utiliser le revenu de l’année courante plutôt que celui de l’année précédente afin de déterminer l’admissibilité aux bourses d’études canadiennes. « Ainsi, les étudiants ayant des besoins financiers ne subiront pas d’effets négatifs s’ils ont participé à la population active l’année précédente. » (Budget fédéral 2021 : p. 130, chapitre 3)

Des stages en entreprises offerts par Mitacs

Un financement de 708 millions $ sur cinq ans (2021-2022 à 2024-2025) est accordé à Mitacs afin de « créer au moins 85 000 stages d’apprentissage intégré au travail qui offrent de l’apprentissage en cours d’emploi et fournissent aux entreprises du soutien pour développer des talents et prendre de l’expansion. » (Budget fédéral 2021 : p. 146, chapitre 4) 

Mitacs est un organisme à but non lucratif qui met en relation de jeunes travailleurs et des entreprises innovatrices pour des possibilités de recherche et de formation.

Aider les petites et moyennes entreprises à entrer dans l’ère numérique

Le budget fédéral 2021 prévoit 1,4 milliard $ sur quatre ans (2021-2022 à 2023-2024) afin d’aider les entreprises, notamment petites et moyennes, à adopter de nouvelles technologies, passer au numérique pour répondre aux besoins de leurs clients et ainsi demeurer compétitives.

Ce financement accordé à Innovation, Sciences et Développement économique Canada permettra notamment de travailler « avec des organismes d’un bout à l’autre du Canada pour permettre à toutes les entreprises qui recourent à ce programme d’accéder à des compétences, à de la formation et à des services consultatifs » et de « [c]réer des possibilités de formation et de travail pour 28 000 jeunes afin d’aider des petites et moyennes entreprises de partout au Canada à adopter la technologie. » (Budget fédéral 2021 : p. 149, chapitre 4)

Alléger la dette étudiante

Le budget fédéral 2021 prévoit une réforme du Programme canadien de prêts aux étudiants. « Le nouveau Programme canadien d’aide financière aux étudiants facilitera le remboursement de la dette des étudiants et aidera directement les étudiants qui en ont le plus besoin. » (Budget fédéral 2021 : p. 120, chapitre 3) Le gouvernement fédéral prévoit une compensation pour les provinces et territoires qui ne participent pas au programme.

Quelques mesures spécifiques sont à souligner :

  1. Prolonger d’une année « la renonciation à l’accumulation d’intérêts sur les prêts d’études canadiens et les prêts canadiens aux apprentis jusqu’au 31 mars 2023. » (Budget fédéral 2021 : p. 120, chapitre 3) Cette mesure touchera 1,5 million de personnes (en majorité des femmes) et coûtera 392,7 millions $ en 2022-2023.
  2. Augmenter le seuil de l’aide au remboursement à 40 000 $ pour les emprunteurs vivant seuls, ainsi « aucune personne gagnant 40 000 $ par année ou moins [n’aura] à effectuer de paiements pour ses prêts étudiants. » (Budget fédéral 2021 : p. 121, chapitre 3) Cette mesure touchera environ 121 000 personnes chaque année et coûtera environ 203,5 millions $ sur quatre ans et 64,2 millions $ par année par la suite. Par ailleurs, d’autres aménagements sont prévus pour les étudiants provenant de ménages composés de plusieurs personnes, le plafond de paiements mensuels de prêts étudiants passera de 20 % à 10 % du revenu du ménage et les nouveaux seuils de revenu seront indexés en fonction de l’inflation.
  3. Prolonger le doublement des bourses d’études canadiennes jusqu’en juillet 2023 et ainsi « veiller à ce que les étudiants des ménages à faible revenu continuent d’être soutenus pendant la pandémie de COVID-19 et d’avoir accès à cette option à mesure que l’économie se rétablit ». (Budget fédéral 2021 : p. 122, chapitre 3) Cette mesure coûtera 3,1 milliards $ sur deux ans, à compter de 2021-2022.
  4. Élargir l’accès aux mesures de soutien pour les étudiants et les emprunteurs handicapés. Chaque année, environ 40 000 personnes ayant une incapacité non permanente pourraient avoir droit à « jusqu’à 22 000 $ en bourses, en soutien pendant les études et en aide au remboursement spécialisée pour leurs prêts. » (Budget fédéral 2021 : p. 123, chapitre 3) Cette mesure coûtera 428,9 millions $ sur quatre ans (2022-2023 à 2025-2026), puis de 118,6 millions $ par année par la suite.

Aider les jeunes et les étudiants à acquérir des compétences professionnelles et à établir des liens avec les employeurs

Le budget fédéral 2021 prévoit 721 millions $ au cours des deux prochaines années pour aider les jeunes et les étudiants à établir des liens avec des employeurs et à accéder à des possibilités d’emploi de qualité.

Deux mesures spécifiques sont à souligner :

  1. Un investissement de 239,8 millions $ dans le Programme de stages pratiques pour étudiants en 2021-2022 afin « d’appuyer les possibilités d’apprentissage intégré au travail pour les étudiants qui poursuivent des études postsecondaires. » (Budget fédéral 2021 : p. 124, chapitre 3) La subvention salariale serait établie à 75 % (jusqu’à concurrence de 7 500 $ par étudiant), plus d’employeurs pourraient se prévaloir du programme et 50 000 jeunes pourraient enrichir leur expérience en 2021-2022. 
  2. Un investissement de 109,3 millions $ en 2022-2023 dans la Stratégie emploi et compétences jeunesse « afin de mieux répondre aux besoins des jeunes vulnérables qui font face à de multiples obstacles à l’emploi ». (Budget fédéral 2021 : p. 124, chapitre 3) 

Conclusion

Tout comme le récent budget québécois, le budget fédéral 2021 est animé par une volonté de favoriser une sortie de crise plus harmonieuse. L’heure ne semble pas être aux restrictions pour le gouvernement Trudeau qui propose des investissements stratégiques dans le développement des compétences des adultes. Plusieurs de ces investissements se retrouvent par ailleurs dans des domaines de compétences du Québec. Une question demeure en suspens : Comment le gouvernement du Québec utilisera-t-il les fonds provenant des programmes fédéraux auxquels il ne participe pas?

Référence

Canada (avril 2021). Une relance axée sur les emplois, la croissance et la résilience, Budget 2021, ministère des Finances Canada, 864 pages. [En ligne] https://www.budget.gc.ca/2021/pdf/budget-2021-fr.pdf (Consulté le 20 avril 2021.)