ICEA

Institut de coopération pour l'éducation des adultes
 

Il faut sauver les centres d'éducation populaire

Vendredi 5 avril 2013 - ICÉA

Logo InterCEPL'ICÉA était présent à la conférence de presse du réseau InterCEP ce matin au Comité social Centre Sud. Il tenait ainsi à exprimer son appui à la démarche de cette Alliance des six centres d’éducation populaire de Montréal, visant à obtenir des fonds nécessaires à la poursuite de leur mission. De plus, lors d'une rencontre avec la ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, Mme Marie Malavoy qui s'est tenue en après-midi, la présidente de l'ICÉA, Léa Cousineau, et son directeur général, Ronald Cameron, en ont profité pour remettre une lettre d'appui que l'ICÉA a préparé en appui à la démarche.

Depuis 40 ans, ces six centres occupent des anciennes écoles prêtées par la CSDM dans des quartiers défavorisés de Montréal. De plus, la CSDM leur accorde une subvention à la mission. Or, comme celle-ci n’a plus les moyens financiers de soutenir les centres, elle leur a indiqué la fin de cet engagement pour le printemps 2015. Afin de poursuivre leur travail essentiel, les six centres ont besoin d’un financement global de 6 millions de dollars pour la rénovation des bâtiments qu’ils occupent et d’un montant annuel de 700 000 $. Comme le faisait remarquer Mme Sylvie Laliberté, porte-parole d’InterCEP, « nous n’avons pas besoin de beaucoup d’argent pour vivre, mais nous en avons besoin! ». Devant les difficultés de la CSDM et du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport de trouver une solution, les six centres en appellent aujourd’hui, en conférence de presse, à la Première ministre, Mme Pauline Marois, afin qu’elle soit saisie de l’urgence de la situation.

Présent lors de la conférence de presse, M. Paul Gérin-Lajoie, indigné devant cette situation, a interpellé les députés de l’assemblée nationale. Il a conclu son intervention en disant haut et fort : « en tant qu’ancien ministre de l’Éducation, pour moi, l’éducation non formelle est essentielle! ». Ces centres offrent des services d’alphabétisation, de formation informatique, de formation continue, d’alimentation, des services aux nouveaux arrivants, à des personnes de 0 à 99 ans!  Ils constituent un milieu de vie chaleureux et vivant, un lieu d’apprentissage, d’entraide et d’engagement collectif. Ils permettent à plus de 100 000 personnes de ces quartiers d’acquérir des connaissances, de briser leur isolement et de développer des compétences civiques et parentales de toutes sortes.

Paul Bélanger, professeur à l'Université du Québec à Montréal et co-auteur d'une étude sur les six centres d'éducation populaire en novembre 2006 avec Gisèle Bourret avec collaboration de Chantal Ouellet a également tenu à soutenir l'InterCEP en témoignant sur le statut de ce réseau comme bien commun en éducation tout au long de la vie. Outre l'appui de nombreux organismes, mentionnons également la présence de plusieurs élus municipaux, notamment Louise Harel, cheffe de Vision Montréal, Richard Ryan et Sophie Thiébaut de Projet Montréal, ainsi que le député de Mercier à l'Assemblée nationale, Amir Khadir, qui a pris position sur le site de l'Assemblée nationale.

En regard du droit à l’éducation pour tous et toutes à tout âge, nous croyons que le ministère de l’Éducation a une responsabilité d’éducation auprès des personnes desservies par ces centres. Nous considérons qu’il doit contribuer à la solution pour assurer la pérennité de ces centres.

Pour accéder à la page Facebook « Sauvons le Carrefour de de Pointe-St-Charles »

Pour accéder au compte-rendu de Radio-Canada

Pour accéder au compte-rendu de TVA

Pour accéder au compte-rendu du journal Le Devoir

Pour accéder au compte-rendu de La Presse

Pour accéder au compte-rendu du Journal de Montréal

 

 

Fichier attachéTaille
PDF icon lettre_dappui_intercep_-_avril_2013.pdf861.69 Ko