ICEA

Institut de coopération pour l'éducation des adultes
 

Une pétition déposée aujourd’hui pour maintenir les organismes communautaires dans les locaux de la CSDM

Groupe devant un édifice qui lance un SOSAujourd’hui, des organismes communautaires iront déposer une pétition au conseil des commissaires de la Commission scolaire de Montréal. Par ce geste, ces organismes se mobilisent, encore une fois, pour éviter d’être évincés des locaux qu’ils occupent. De fait, une cinquantaine d’organismes risquent de devoir quitter les espaces qui appartiennent à la Commission scolaire de Montréal. Cette dernière soutient qu’elle a besoin de ces locaux pour développer des écoles primaires, des centres de formation professionnelle ou de formation aux adultes. 
 
Les dépenses qu’entraînent un déménagement et le coût des espaces commerciaux risquent de plomber les maigres budgets de ces organismes communautaires. Ce faisant, ils risquent de devoir réduire leurs services à la population, comme le rapporte Marie-Andrée Painchaud du Carrefour d’éducation populaire de Pointe-Saint-Charles dans le journal Le Devoir. Or, les activités et services qu’ils offrent profitent souvent à des populations défavorisées. En effet, parmi les organismes menacés d’éviction on compte des CPE, des centres d’éducation populaire, des cuisines collectives, des organismes de défenses de droit, etc. 
 
Cette situation illustre bien ce que l’enquête de l’ICÉA a dévoilé : les réductions du financement public d’organismes en éducation des adultes frappent durement les organismes d’éducation populaire et de l’action communautaire autonome. Cette situation découle directement des coupes en éducation dont la Commission scolaire de Montréal a fait les frais. Ayant elle-même dû assumer de lourdes pertes, elle ne peut plus offrir aux organismes communautaires de locaux à moindre coût. 
 
Cette menace d’éviction arrive au moment même où le Conseil supérieur de l’éducation publie un avis1 soutenant que l’éducation populaire souffre d'un manque de reconnaissance et de soutien de la part des instances gouvernementales. Pourtant, son apport est inestimable pour l’ensemble de la société québécoise. Non seulement les organismes d’éducation populaire rendent des services directs à des populations qui en ont bien besoin, mais ils favorisent également la reprise de pouvoir et la prise de parole dans l’espace public des personnes et des collectivités peu entendues. L'ICÉA publiera une analyse plus approfondie de cet avis sous peu.
 
Tous comme ces organismes communautaires et le Conseil supérieur de l’éducation, l’ICÉA invite les instances gouvernementales à mieux reconnaître l’éducation populaire. L’actuelle situation offre une occasion aux instances gouvernementales de démontrer leur appréciation de l’action communautaire autonome et de l’éducation populaire en trouvant, de concert avec le milieu, une solution viable aux organismes menacés d’éviction.
 
1 Il est possible de consulter la version abrégée de l'avis du Conseil supérieur de l'éducation.