ICEA

Institut de coopération pour l'éducation des adultes
 

Contribution de M. Paul Gérin-Lajoie au débat international sur le droit d’apprendre

Paul-Gérin LajoieDans un ouvrage collectif1 publié récemment, M. Paul Gérin-Lajoie s’inquiète de la « faible participation » du Canada au débat ayant lieu sur la scène internationale dans le cadre de la définition des nouveaux objectifs pour l’après-2015, qui remplaceront les priorités de l'Éducation pour tous et des Objectifs du Millénaire pour le développement qui guident depuis une quinzaine d’années l’action des États. Pour le développement du droit d’apprendre pour toutes et tous et au nom du respect de la dignité humaine, « On ne peut laisser passer l’occasion des consultations de l’après-2015 », fait valoir M Gérin-Lajoie. Portant principalement sur la coopération internationale, l’intervention de M. Gérin-Lajoie met l’accent sur le rôle incontournable du droit d’apprendre, condition du développement de la capacité d’action des populations.

Dans son intervention, M. Gérin-Lajoie appelle à un recentrage des perspectives des États sur l’amélioration de la qualité de vie de toutes et tous. Dans ce contexte, le droit d’apprendre doit figurer au rang des priorités. L’importance du droit d’apprendre est plus que justifiée, puisque « le développement durable repose d’abord sur la créativité des gens, sur la productivité culturelle, sociale et économique de la population ». Par ailleurs, la mise en œuvre de ce droit est influencée par « les politiques d’État, la réglementation internationale des marchés, la recherche et le développement, ainsi que la résolution des conflits ». Pour Paul Gérin-Lajoie, il ne fait pas de doute que la mise en place des politiques d’État demande l’« appuie informé et éveillé de la population », dans la mesure où la mise en œuvre des changements et des dispositifs découlant de ces politiques implique « l’action compétente et imaginative » des populations.

Dans la perspective de la définition de l’agenda post-2015, relativement à l’éducation, M. Gérin-Lajoie souligne qu’il importe de développer en continue la capacité d’action des populations. Cela appelle des actions en formation initiale des jeunes, mais aussi dans les domaines de la formation « professionnalisante » des jeunes hors-école et de la formation continue des adultes. Concernant l’éducation des adultes, M. Gérin-Lajoie propose de considérer leur demande de formation et d'assurer un meilleur parcours aux apprenantes et aux apprenants adultes. Or, jusqu’à maintenant, ces dimensions sont absentes des grandes orientations se dégageant du processus de définition de l’agenda post-2015. Cela inquiète M. Gérin-Lajoie, car, explique-t-il : «on ne peut plus attendre trente ans, soit le laps de temps nécessaire pour relever le niveau de qualification générale par la seule formation scolaire de la génération montante. C’est maintenant, au sein de la génération adulte, que nous avons besoin d’une population qualifiée ». Porter attention à l’éducation des adultes va donc de soi, précise-t-il, étant donné que « Ce sont les adultes d’aujourd’hui tout comme ceux de demain qui ont besoin d’accroître leur capacité d’action individuelle et collective […]. ».

Au-delà l’éducation, et pour réussir sur ce terrain, M. Gérin-Lajoie attire l’attention sur la nécessité de surmonter des défis dramatiques, tels la faim, l’accès à l’eau potable et la paix. À ce sujet, souligne-t-il, la société civile à un rôle «  crucial » à jouer. En conclusion, M. Gérin-Lajoie s’adresse plus particulièrement aux populations des pays du Nord, notamment à la population canadienne. Il invite à dépasser la réaction à des catastrophes, qui «ne dure que le temps d’un tremblement de terre, le temps d’une secousse, l’espace d’un jour »,  pour s’ouvrir aux réalités des autres membres de la famille humaine, au-delà les frontières nationales. Dans cet esprit, l’après-2015 est une occasion « à ne pas laisser passer », insiste-t-il.

À titre d’organisation hôte de la prochaine Assemblée mondiale du Conseil international sur l’éducation des adultes, qui se tiendra en 2015, l’ICÉA effectue un suivi du débat international relatif à la définition de l’agenda post-2015. Les actions à venir de l’Institut à ce sujet seront débattues lors de l’assemblée générale annuelle de l’ICÉA qui a lieu le 10 octobre 2013. Au fil des développements de ce débat international, nous publierons de l’information sur notre site Web. 

 

Couverture du livre1 Gérin-Lajoie, Paul, 2013, « L'avenir du développement international », dans Passer de la réflexion à l'action. Les grands enjeux de la coopération et de la solidarité internatonale, Beaudet, P., Canet, R., et Nguyen, A., (Coordination), M Éditeur, Montréal, 295-302.