ICEA

Institut de coopération pour l'éducation des adultes
 

L’éducation des adultes au service d’un mieux-être sexuel et corporel

Diversite sexuelleQuel est le lien entre l’effet Safia Nolin, le film Jeune Juliette, la Fierté gaie et l’éducation des adultes? Tout d’abord, les trois premiers événements font partie de l’actualité des derniers jours. Ensuite, l’éducation des adultes peut, encore une fois, jouer un rôle majeur à mieux vivre ensemble en ce qui a trait, dans ce cas-ci, à la diversité sexuelle et corporelle.

L’école : encore hétérosexiste

L’ouvrage de Gabrielle Richard, qui a pour titre Hétéro l’école? Plaidoyer pour une éducation antioppressive à la sexualité, paraîtra demain, le 27 août 2019. Comme le dit le titre, l’autrice promeut un enseignement à la sexualité dans les écoles québécoises qui soit ouvert à la diversité. Or, il reste encore du chemin à faire. 

Selon elle, le nouveau programme québécois d’éducation à la sexualité concocté en 2018 demeure en partie stéréotypé. Il adopte un « langage plus inclusif », « mais lorsque la puberté est abordée, la « bicatégorisation reprend le dessus. C’est-à-dire qu’on insiste sur l’existence « de deux sexes, de deux types de corps et de deux genres leur correspondant » (Caillou, Le Devoir, 26 août 2019). 

Selon ses recherches, on ne mentionne que très rarement l’homosexualité dans les livres d’école et quand on le fait, il s’agit de références plutôt négatives : homosexuelLEs victimes de l’Holocauste, taux de suicide plus élevé, transsexualité vue comme une pathologie, etc.

Quel est le lien avec l’éducation des adultes, direz-vous? Elle peut outiller certains parents qui, selon Mme Richard, craignent que l’enseignement à la diversité sexuelle mène leurs enfants à l’homosexualité. Elle peut accompagner les parents dont les enfants se questionnent sur leur sexualité ou leur genre ou encore qui vivent du harcèlement parce que leur comportement ne serait pas conforme à leur genre (par exemple, efféminé pour un garçon, « Tom boy » pour une fille).

Outre leur rôle de parents, les adultes ont encore beaucoup à apprendre pour respecter, sans distinction, leurs semblables qui font partie du fameux LGBTQ2; l’acronyme qui signifiant lesbiennes, gais, bisexuels, transsexuels, Queer ou Two Spirit, etc.

Le Québec : ouvert à la diversité sexuelle?

De fait, l’actualité nous rappelle sans cesse que l’ouverture à la diversité sexuelle est loin d’être un acquis. Les violences verbales et physiques envers les gais sont toujours présentes. Tout récemment, le 24 août dernier, un jeune designer, Markantoine Lynch-Boivert, et son conjoint sont tabassés à la sortie d’un bar gai de la Malbaie. 

Selon Statistique Canada, la majorité des crimes haineux liés à l’orientation sexuelle sont violents (64 %). Même que, parmi les crimes haineux, c’est celui qui est le plus violent. Selon Alexis Riopel du journal Le Devoir (26 août 20119), Statistique Canada rapport que ces actes violents sont majoritairement le fait de jeunes (59 % ont moins de 25 ans) hommes (91 %).

Pour les lesbiennes, c’est surtout l’invisibilité qui frappe. De fait, elles sont également victimes d’homophobie et de « bashing » à la sortie des bars, mais les médias en parlent moins. Et c’est encore vrai aujourd’hui. 

L’essai de Christelle Lebreton, paru en 2017, Adolescentes lesbiennes : de l’invisibilité à la reconnaissance, en fait foi. La recherche de Mme Lebreton, tiré de sa thèse de doctorat, montre que « les adolescentes qui prennent conscience aujourd'hui de leur homosexualité refont le même chemin tortueux, de l'invisibilité à l'affirmation ». 

Et quand on veut sortir les lesbiennes de l’invisibilité, des réactions violentes se manifestent. L’auteure-compositrice-interprète Safia Nolin en a fait l’expérience à plusieurs reprises. En tant que porte-parole de la Journée de visibilité lesbienne organisée chaque année au Québec depuis 1982, elle a été critiquée par rapport à son apparence physique (La Presse). 

Tout récemment, lors de la sortie de son vidéoclip accompagnant sa pièce Lesbian Break-up Song, elle a fait l’objet encore une fois d’injures et de commentaires méprisants. Pourquoi? Parce qu’elle et ses complices ont « osé » se présenter, nues, alors que leurs corps sont différents des standards de beauté dite féminine. 

Et que des autres sexualités… trans, Queer, etc. Beaucoup reste encore à apprendre, à démystifier et à débarrasser de préjugés, voire de haine.

L’éducation des adultes à la défense du droit à la diversité sexuelle

Bref, l’éducation des adultes est encore nécessaire tant pour les parents que pour l’ensemble des citoyennes et citoyens. Selon une approche humaniste, l’éducation des adultes peut démystifier, dans ce cas-ci, la diversité sexuelle, la diversité des corps, la diversité des désirs et des amours. Elle peut contrer les préjugés, décloisonner les genres.

Elle est nécessaire pour contrer les discriminations, les violences verbales ou physiques et les agressions à caractère sexuel. Elle est un des leviers pour améliorer le mieux-être et l’épanouissement individuels et collectifs dans le respect des droits de toutes et chacun.

À ce stade-ci de votre lecture, vous avez sûrement trouvé la réponse à la question de départ, soit le lien entre Safia Nolin, la Fierté gaie et l’éducation des adultes. Pour ce qui est du lien avec le film Jeune Juliette, nous vous le laissons découvrir.